Argentine : généralités

Argentine : rien que ce nom appelle au voyage. Pays de gastronomie avec ses vignobles et sa viande, pays de paysages avec ses montagnes, ses parc nationaux et la pampa, pays de culture avec le tango, le maté, et l’histoire coloniale, mais aussi pays de foot avec Maradona et Messi comme emblèmes d’une nation.

Des années à rêver de ce bout du monde et cette année c’est devenu réalité.

En mars dernier, nous avions 3 semaines pour visiter l’Argentine, un pays qui s’étend sur près de 5200km… Autant dire que c’est le genre de voyage qui se prépare un minimum d’autant qu’il y a énormément de choses à voir à travers tout le pays.  La pampa, la patagonie, Mendoza et son vignoble, Ushuaia et la terre de feu, les Chutes d’Iguazu, la route 40, Cordoba, la région des lacs autour de Bariloche, l’observation des baleines et le parc Torres del Paine depuis Puerto Natales, les hauts plateaux, plus les régions voisines (les plages d’Uruguay, le désert d’Atacama et le parc du Corcovado au Chili…), bref il a fallu faire des choix et avec notre curiosité ça n’a pas été facile.

Une chose était sûre, nous allions en Argentine entre autre pour marcher en Patagonie et voir le Fitz Roy. Nous avions aussi envie de prendre le temps et ne pas être en course constante contre la montre pour faire un maximum de choses. Après plusieurs discussions, des hésitations et les projections météorologiques, le programme s’est dessiné peu à peu :

Après deux-trois jours à Buenos Aires, nous prendrions un vol interne pour passer une semaine à Ushuaia, puis, de là, nous nous rendrions à El Calafate pour marcher dans la région d’El Chalten et si le temps le permettais du côté du parc du W au Chili. Enfin, nous traverserions le pays pour rejoindre le Nord via Salta et organiser un road trip dans les contreforts andins.

IMG_0382

Nous n’imaginions pas une minute que nos plans seraient légèrement perturbés par une bonne nouvelle de la taille d’un grain de riz mais ça c’est une autre histoire.

Nous sommes partis en dehors de la haute saison, durant l’automne austral, ce qui fut très pratique en terme d’organisation et de flexibilité car tous les guides mentionnent une saturation des hébergements entre novembre et février notamment en Patagonie. En ce qui nous concerne, nous n’avons jamais eu de problème pour trouver une chambre et le voyage fut très facile à organiser sur place. C’est d’ailleurs quelque chose que nous retiendrons de ce voyage, c’est qu’il est très facile de se rendre seul en Argentine et d’organiser son itinéraire sur place sans être un fin baroudeur. L’automne nous a aussi offert des couleurs chatoyantes et une météo plutôt clémente.

Compte-tenu de l’immensité du pays, nous avons opté pour des vols internes avec la compagnie Aerolineas Argentina, souvent critiquée pour ses grèves, là encore, nous n’avons rien à redire car tout s’est très bien passé. Seul bémol, les sacs en soute ne doivent pas dépasser les 15kg. Une règle qui nous a obligé à partir léger malgré les affaires de camping (ce qui est finalement appréciable quand on porte le sac à dos toute la journée).

Après coup, nous aurions du mieux anticiper la question financière du voyage une fois sur place. L’Argentine est un pays en crise, l’inflation a atteint 54,7% cette année malgré le plan d’aide du FMI et les coupes budgétaires. La pauvreté a atteint son plus haut niveau depuis les 20 dernières années. Il ne fut pas possible de retirer plus de 25 000 pesos à la fois (environ 50 euros) avec des frais bancaires très importants. Nos hôtes à Buenos aires nous ont expliqué que les limites sont fixées pour éviter que les Argentins retirent toutes leurs économies. Les magasins prennent peu la carte bancaire afin de faire circuler du cash et prendre le moins de risques possibles avec les banques. Depuis notre retour, le pesos argentin a encore perdu de la valeur. Dans ce pays, chacun essaie d’être créatif en ne sachant pas de quoi le lendemain sera fait. Compte tenu de la situation il a fallu s’organiser.

IMG_1123

Deux solutions se sont avérées efficaces :

  • prendre des euros avant le départ (ou des dollars) valeur refuge et qui s’échange très bien sur place
  • utiliser Western Union et se faire virer une somme plus importante sur place. Nous avons utilisé ce moyen à Salta et même si les frais sont importants, ils restent moins chers que ceux des banques argentines.

C’est donc dans ce contexte qu’après notre journée de travail, le vendredi 22 mars, nous avons mis les voiles ailes pour Buenos Aires via Paris. L’aventure démarrait…

IMG_2845

 

 

Une réflexion sur “Argentine : généralités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.